Histoires de Strings

On se promène sur le net quand il pleut dehors et parfois on tombe sur quelque chose de bien. En l’occurrence ici, c’est sur le travail de Sébastien Preschoux que je suis tombée. Ce graphiste/artiste de 34 ans (français) à développé un travail autour de la ligne. Son truc à lui c’est de se galèrer la vie en produisant manuellement et avec des matériaux traditionnels ce que des machines feraient en un instant. Un roy lichtenstein moderne en somme.




Et puis de fils en aiguilles (ahaha) j’ai trouvé le travail de Teo Pirisi (Moneyless). Un peu le même délire que notre parisien des forêts mais à la sauce italienne et dans des lieux un peu glauques. Mais son travail se rapproche plus du graffiti que de l’art graphique (chipotons chipotons). Il fait du graffiti en suspension. L’avantage c’est que s’il se fait prendre il n’aura pas besoin de frotter.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :