Panopticon


Je vous avais bien dit de vous méfier des pigeons.

Dans Panopticons (une installation urbaine de Thomas voor ‘t Hekke et de Bas van Oerle, deux étudiants en Arts numériques à l’École d’art d’Utrecht) des pigeons et des corbeaux sont affublés de caméras de surveillances, ils posent la question de la familiarité de la surveillance vidéo, ainsi que celle de son caractère menaçant et prédateur. Ils sont comme des vautours, à la recherche du moindre morceau de nourriture, des animaux malades… Comme dans le panopticon de Jeremy Bentham, nous sommes les prisonniers qui sont en permanence surveillés, épiés… Et ce serait bien de karchériser un peu ces bestioles, parce qu’il faut bien le rappeler, ce sont des nuisibles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :